2007Nov 5

En route pour Darjeeling

Notre dernier voyage qui clot cette année riche en découverte a pour destination le Sikkim, état du nord est de l’Inde, entre le Népal, le Tibet et le boutan. Le dernier voyage est aussi synonyme d’au revoir à tous nos amis indiens et européens qui étaient en échange à l’IIT cette année. Notre dernier festin au Sangeeta était à la hauteur de l’évenement, on a commandé des quantités astronomiques de nourriture pour tout partager ensuite.

La nourriture de type inde du nord se prête au partage. Cela consiste en différents pains (naan, paratha, roti, kulcha, etc.) et différents plats en sauce (paneer butter masala, malai kofta, alu palak, palak mushroom, bindi fry, paneer tikka masala, alu gobi, kadai vegetable, etc…). Donc on commande plein de trucs différents et après on goûte à tout : un régal !

Dans notre groupe d’amis, les lois de la gravité changent pendant le repas. Au début les plats sont relativement bien dispersés sur la table. Mais à la fin, comme Keki l’a remarqué, tous les plats ont tendance à se retrouver autour de l’assiette de Psuba…

Adieu

Photo des adieux devant le restaurant Indien a Chennai…

Après ce festin (nos estomacs mettront du temps à s’en remettre…), vient le temps des au revoir et adieu (qui sait ?) à tout le groupe, nous nous dirigeons vers l’aéroport. Danielle and co, qui rentrent en suisse en passant par le tibet + chine + mongolie + russie via le transybérien ne partent eux que dans 2 jours.
A Calcutta, on saute dans un taxi direction la gare pour prendre notre train de nuit pour Siliguri, passage obligé pour atteindre Darjeeling puis le Sikkim. La gare de calcutta est ultra blindée, je crois que je n’avais vu ça que à Bombay auparavant. La densité de population sur les quais dépassait presque l’entendement !! Nous avions un billet en “Waiting List” c’est à dire que nous avions payé et réservé un ticket, mais qu’un siège (ou couchette) ne nous est pas assuré….  car nous sommes sur la liste d’attente. Dans ce cas, il faut aller au guichet de la gare en arrivant et changer le ticket si par chance c’est possible. Parfois quand les trains sont très pleins, ils rajoutent un wagon pour décongestionner un peu.

On a été chanceux et ils nous donnent 2 places couchettes en sleeper : une bonne nuit en perspective. Mon astuce perso pour dormir dans un train en inde en sleeper (la classe la plus basse) sans être réveillé toutes les heures par le bébé du voisin, le pet ou le rot de la voisine d’en dessous, ou les discussions de la famille d’à côté : prenez boules quies – bouchon d’oreilles – ET cache yeux, et vous dormez comme un bébé… J’ai mis du temps à trouver la combinaison idéale :-)

Bien sûr dans le train, aucun numéro n’est affiché. On change donc 3 fois de place selon les conseils (très avisés…) des gens qui s’installent. C’est un bordel monstrueux mais on s’amuse bien, il n’y a pas de numéro dans le train et tout le monde a l’air de trouver ça normal. On tombe dans le wagon avec un ingénieur informatique qui va en vacances avec ses 2 parents et 2 de leurs amis. Avec anna, on a supposé qu’il n’était pas marié (vieux garçon). Mais il était très sympathique…

Arrivé à Siliguri, on prend un taxi qui tombe en panne d’essence, puis une jeep en direction de Darjeeling. Une magnifique balade de 4h dans les montagnes… mais ça touuuuuuuurne beaucoup et pas mal d’indiens supportent mal. J’étais en train de comater, quand tout à coup je sens quelques goutes de pluie depuis la fenêtre. Tiens il pleut !! Incroyable, me dis-je. Bizarre les goutes sont blanches et gluantes ?

Ah mais zut, c’est la dame de devant qui vient de me vomir partiellement dessus.

Sympa, son mari m’a proposé son mouchoir pour m’essuyer.

Cela m’a rappelé la fois ou dans le bus, après un freinage très brusque, ma voisine m’avait renversé son charmant repas de midi en sauce tout gras sur moi. Vive l’inde !!! Le seul pays ou les conducteurs de taxi ne s’arretent pas quand le passager est malade :)

"Donnez votre sang dans un centre de donation, pas sur cette route."

Donnez votre sang dans un centre de donation, pas sur cette route.

3 Commentaires sur “En route pour Darjeeling
  1. Nov 6, 2007

    Waou le contraste entre tes posts sur l’inde et ceux sur Londres ! C’est énorme !

  2. Alfred is Poc
    Jul 4, 2008

    Très intéressant comme article !
    Tu devrais regarder ce documentaire: Le Seigneur de Darjeeling. Je l’ai vu sur Arte et je viens de le retrouver sur le net ici:
    http://www.aloest.com/boutique/product.php?id_product=5

    Les images sont superbes. Je te colle le résumé en dessous:
    Aux confins de l’Inde et du Népal, à Darjeeling, Rajah Banerjee, propriétaire d’une exploitation de thé familiale et traditionnelle, a été le premier, à s’investir dans la culture bio et dans le commerce équitable, tout en produisant l’un des thés les plus prisés au monde. Personnage charismatique, cultivant son thé comme un véritable art de vivre et une quête spirituelle, il parcourt à cheval ses jardins féeriques et nous mène avec élégance à réfléchir sur l’harmonie possible entre l’homme et la nature.

Laisser un commentaire

Merci de taper les chiffres pour prouver que vous êtes humain *