2006Aug 1

Visite de Pondychéry

Après Mahabalipuram, direction Pondychéry ! Le bus se passe tranquillement, une fois arrivé je loue les services d’un cycle rickshaw pour me rendre à la gare réserver pour ma prochaine destination : Tiruvanamalai.

pondychéry

photo de mes pieds ; Il est beau le cycle rickshaw !

Je réserve mon billet pour le lendemain, et là relative surprise, il y a juste marqué sur le billet “Pondychéry – Tiruvanamalai”, et aucune information sur le train à prendre, l’horaire, etc. Je sais que je dois aller à Villupuram d’abord puis prendre une correspondance… sauf qu’ici il n’y a pas de brochure avec des horaires précis disponibles, donc ça sera pifomètre power. (l’avenir dira que la chance ne sera pas au rendez vous :-D)

Je visite alors Pondychéry, tranquillement, après avoir réservé ma Guest House où je me suis ruiné, car j’ai été obligé de prendre une chambre triple (il ne restait que ça) : cela m’a quand meme couté 3€ la nuit. C’était une guest house un peu spéciale, car il faut être rentré à 22h30, interdiction de fumer/boire, visites autorisées à une tranche horaire très précise, etc. mais le matin, il y a une sorte de séance méditation sur la pelouse de l’hotel, c’est rigolo :)

J’ai aussi pris mon ticket pour le repas, et j’ai battu le record : 20 roupies, soit 40 centimes d’€ ! Pendant le repas, interdiction de parler, etc. l’heure est à la méditation, repos de l’esprit. La nourriture est simple mais bonne. Très intéressante expérience indienne !
La guest house et le restaurant sont liés à Sri Aurobindo, un penseur nationaliste indien, plus d’informations sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Sri_Aurobindo
pondychéry

photo de Sri Aurobindo and The Mother

J’ai aussi découvert l’utilisation faite de l’éléphant devant les temples en Inde ; très bien décoré et paré de bijoux, l’éléphant recueille les pièces des croyants dans sa trompe (comme une tirelire) et bénit avec sa trompe le donateur !

pondychéry

photo de l’éléphant qui bénit la tête des gens qui veulent bien lui donner une petite pièce

Devant les temples, on peut trouver des magasins étonnants, comme cet étal qui vend des icones de Sri Aurobindo et de la Mother, à côté des “paniers” prêt pour la donation au dieu, contenant noix de coco, herbe, banane, etc.

pondychéry

photo d’un vendeur d’offrandes hindous

Enfin, le soir, je tombe sur un excellent concert de rock indien, pur bonheur !! A la fin du concert, je prends les coordonnées web du groupe, j’aimerais vraiment beaucoup les revoir (c’est un groupe de Chennai, ça tombe bien :))

pondychéry

photo flou du concert de rock de pondychéry

photo d’un Exemple de bus indien local (à travers la ville) : là encore, pas de plan disponible, il faut connaitre ou demander !

pondychéry

8 Commentaires sur “Visite de Pondychéry
  1. adrien
    Sep 10, 2006

    tout ca fait vraiment rêver, je te le redis encore une fois… (désolé de poster autant de commentaires..)

  2. Jean-pierre
    Apr 10, 2007

    salut, je viens de rentrer d’un petit tour de cinq mois en Inde du sud.J’étais à Pondi il y a quinze jours,et je me demande si nous avons fait le même voyage?

    C’était mon quatrième séjour, et ce que j’ai vu c’est plutot une ville en pleine évolution, une sorte de telescopage entre les siècles: vélos-rikshaw bien sur, mais aussi des floppées de magasins de telecom, d’electronique, d’équipements electroménagers, des temples et des cinés, des hommes en lunghies, circulant a pied en vélo ou en moto voire en voiture, mais en tous cas avec un portable a l’oreille.
    Surtout, ce que j’ai vu ce sont des blancs, se lachant loin de chez eux, habillés comme des clowns, turbans, lunghies, saris,bijoutés. Et encore, ce n’est rien à coté de ce qu’on peut voir a auroville à 13 km de Pondi. D’ailleurs, j’ai décidé que mon voyage de l’an prochain serait consacré a photographier les blancs en Inde; Insolite garanti.
    A propos, pour te déplacer si tu es seul le bon moyen c’est d’acheter une moto en arrivant, et de la revendre en partant. tu n’y perds presque rien, et si tu es riche tu peux même la faire cadeau en partant.

    Salut, peut-être à un de ces quatre sur les routes indiennes,

    JP

  3. Apr 10, 2007

    JP, tu es un peu dur avec les blancs je trouve. Je n’appellerai pas ça s’habiller comme des clowns, mais parce qu’on est étranger on ne doit pas tester de s’habiller comme les locaux? j’ai des copines qui mettent le sari de temps en temps et ça fait plaisir à tout le monde, les indiens & indiennes sont ravis de voir que l’on essait de s’intégrer…

  4. martine lebrun
    May 13, 2007

    un petit ajout concernant pondichery, plus particulièrement à propos de la Mére, j’ai appris que cette femme vénérée était française. Elle était venue avec son mari rencontere Sri Aurobindo et ….elle n’en est plus reparti. Ils ont ensemble créer un ashram et la ville d’auroville – qui est un lieu unique au monde – a été crée sous son impulsion . Il est vrai qu’à Auroville on rencontre des gens étonnants mais je n’y ai vu personne de loufoque, c’est un petit microcosme, constitué malgré tout de dizaines de nationalité différentes. Pour plus de précision à Auroville, la terre appartient à tout le monde et à personne. Donc si vous achetez un terrain et faite construire une maison par exemple, ils vous appartiendront tant que vous y serez,; en cas de départ je crois au bout de 5 ans ils reviennent à la communauté d’auroville ! étonnant et interressant !

  5. martine
    May 13, 2007

    bonjour,
    je dois aller à pondi cet été et j’aimerai beaucoup avoir les coordonnées de cette française (dont vous avez rencontré l’amie) qui importe des vêtements indiens selon les règles du commerce équitable ?
    je vous en serai fort reconnaisante car j’essaie de prendre des contacts en amont.
    merci d’avance
    martine

  6. roger23
    Jun 14, 2007

    Voici un lien où vous pourrez trouver un documentaire intelligent sur Auroville et ses habitants:

    http://www.vodeo.tv/4-69-4386-auroville.html

  7. Aug 8, 2011

    C’est tout autant désagréable pour les fumeurs de devoir supporter les gens qui ne fument pas. A partir du moment où le fumeur apporte son récipient pour y mettre ses mégots, à partir du moment où il fume au grand air, je ne vois pas le souci. Vous vous acharnez sur les fumeurs, mais pensez voir à toutes ces usines qui détruisent la nature. Tiens, bizarre, vous ne dites rien ! Et par la même occasion, vous avez autant de chance de crever en mangeant de la mal bouffe et en picolant des bières ou des sodas.

  8. Sep 25, 2014

    Tout simplement magnifique les photos et le partage sur ce blog, un grand bravo

Laisser un commentaire

Merci de taper les chiffres pour prouver que vous êtes humain *