2007Nov 17

Le mot d’Anna

Bonjour blogers!
Je me permets de faire intrusion dans ces hieroglyphes electroniques en tant que compagnon(e) de route de Matthieu, pour vous relater l’instant. Oui, cet instant qu’on essaye toujours de compresser, condenser, assecher pour en tirer les traits essentiels, cet instant volatile qu’on a tant de mal a retranscrire. Donc pas de resume de notre voyage, de synthese des impressions, juste un petit tour d’horizon de ce qui se passe ici et maintenant.
L’instant peut donc se caracteriser tout d’abord par une image:
Matthieu et moi, dans une tente orange a 4300m d’altitude (rien de tres romantique vous inquietez pas). Oui, bien entendu, vous allez me dire que ce sont des donnees assez brutes, et que vos neurones ont du mal a construire une conception visuelle adequate. On va donc sortir de ce cocon douillet (chauffe notamment par l’etonnant metabolisme de Matthieu) pour regarder un peu ce qui se passe en dehors. A travers les derniers flocons de neiges eparses de l’apres-midi, on apercoit un groupe de Sikkimois (que vous pouvez imaginer comme des Chinois en un peu plus bronzes et un peu plus indiens)  qui s’avere etre le groupe de guides et de porteurs, jouant au criquet avec un engouement bien indien. Si on tent un peu plus l’oreille, on arrive a discerner des bruits de cloches a travers l’hysterie improvisee de nos chers accompagnateurs. Ce sont les “dzos”, croisement entre vache et yak, qui peuvent survivre a basse altitude (contrairement aux yaks qui ne descendent pas en dessous de 4000m). Ca ressemble approximativement a de grosses vaches agressives dont les porteurs se font un plaisir de manger la viande frite et refrite (le Sikkim est decidement pas tres vegetarian).
Il est donc 15:05 et le soleil est en train de se coucher rapidement derriere l’imposante  montagne devant nous, qui est elle-meme bien moins impressionante que celle juste derriere nous, continuation de la chaine comprenant le troisieme plus haut sommet du monde, le Kachenzonga, 8500m.
J’espere ainsi avoir assouvie votre soif de l’instant, dont la description est cependant quelque peu incomplete sans une photo d’un instant anterieur, l’instant “lever du soleil sur l’Himalaya” qui explique notre séance de “fattage” cet après-midi.

mot ecrit par anna dans la tente pendant une sieste…

Anna, jossman and me

Anna jassman (notre guide) et moi qui posons devant kam chen dzonga

3 Commentaires sur “Le mot d’Anna
  1. psicopate
    Feb 22, 2008

    Je suis obligé de t’envoyer ce message, c’est bizarre mais ça marche !! Envoie ce message à 10 personnes puis va sur la page http://qui-taime.comms.fr/ et tu verras afficher le nom de la personne qui t’aime, c’est magique ! Prends 5 secondes pour essayer car ça marche vraiment. Attention ! Si tu ne le fais pas, tu auras 7 ans de malheurs en amour…

  2. Sep 28, 2008

    qu’elle garçon m’aime???

  3. Nov 5, 2009

    celle que tu portes dans ton cœur hihi

Laisser un commentaire

Merci de taper les chiffres pour prouver que vous êtes humain *